IHA.COM Hébergement saint jean du doigt
Retrouvez nous sur Shared-house.com/Baie De Morlaix ou Shared-house.com/Morlaix.
VISITES
ACCUEIL GITES DE KERVASTARD
GITE TI BIHAN
ETHYMOLOGIE
DIVERSES TECHN DE PECHES
MODALITES
LIENS PARTENAIRES

GITE 5 A 7 PERS

GITE 2 PERS

RESERVATION

ST JEAN DU DOIGT

REGION

PECHES

Château de Kerjean

Construit entre 1550 et 1590, son architecture fortement influencée par les architectes italiens, deviendra une référence locale en la matière dont s’inspireront les bâtisseurs d’églises et d’enclos paroissiaux de la région.

Il conserve toutefois le modèle traditionnel breton, avec une cour carrée entourée de plusieurs bâtiments, et une solide enceinte, souvenir de l’époque troublée où il fut construit.

La beauté du lieu lui valut même les compliments du roi Louis XIII en personne que le qualifiait de "l’une des plus belles demeures du royaume".

La visite du château de Kerjean vous fera revivre son histoire grâce à des maquettes, des personnages en costume, des montages audio-visuels. Il ne faut pas manquer également de flâner dans son parc de 19 hectares conçu pour la promenade et la contemplation.


Château du Taureau (Baie de Mormaix)

Avec son faux-air de Fort Boyard, le château du Taureau impose sa fière et sa belle silhouette dans la baie de Morlaix ... stratégiquement situé sur l'embouchure de la Manche. Il est construit à partir de 1542 pour défendre la prospère et riche cité de la convoitise anglaise.

Le premier fort construit sur le rocher du Taureau, fut remanié et en partie reconstruit sur les indications de Vauban en 1745. Ayant perdu sa vocation défensive assez rapidement, le château devint ensuite une prison qui abrita le fameux communard Blanqui, puis une résidence secondaire avant dêtre transformé en école de voile...

 Longtemps laissé à l'abandon, le château du Taureau a depuis une petite vingtaine d'années fait l'objet d'une importante restauration destinée à lui rendre sa splendeur. Ouvert au public depuis juin 2006, le château se visite : au départ de Carantec ou de Plougasnou, après une toute petite traversée, les curieux découvriront l'histoire du château à travers la visite du bâtiment : pont-levis, casemate, cellules, terrasses, logement du gouverneur...


Le Château de Rosanbo

Le château de Rosanbo est un château situé sur la commune de Lanvellec, département des Côtes-d'Armor, en France. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 22 MARS 1930.

Dans la même famille depuis le XIVe siècle, le premier bâtiment est un château fortifié sur un promontoire stratégique situé à 6 km de la baie de Saint-Michel-en-Grève pour interdire la remontée du Bô aux envahisseurs nordiques. Au XVe siècle est construit un manoir gothique attenant au château.

Le château de Rosanbo est composé de plusieurs corps de bâtiments construits du XVe siècle au XIXe siècle. Le château fort a été transformé en gentilhommière à partir de 1683.

Vaste quadrilatère aménagé sur six siècles et entouré d'un domaine, il constitue l'un des plus importants châteaux de Bretagne Un bâtiment est ajouté au XVIIe siècle afin d'esquisser une cour fermée. Celle-ci est achevée au XIXe siècle. Au XVIIIe siècle, l'architecte Joubert crée de grandes fenêtres et des toits à la Mansart.

Les appartements intérieurs comprennent un salon XVIIIe siècle, une bibliothèque, une salle bretonne et les anciennes cuisines qui recréent l'atmosphère des pièces de service.


Château de Tonquédec

C'est un des monuments les plus visités du département des Côtes-d'Armor.

L'un des plus impressionnants vestiges médiévaux français, les ruines du château fort de Tonquédec, à 8,5 km de Lannion, se situent dans un beau cadre de verdure et dominent la vallée du Léguer.

Le début de la construction du château remonte au XIIe siècle. Le château fort se visite d'avril à octobre, et l'on peut le louer pour des tournages de films, des séances photo et des événements divers. Il fut le décor du film « Que la fête commence », avec les acteurs Philippe Noiret et Jean Rochefort. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862.


  

LES CHATEAUX

VILLES PITTORESQUES

MORLAIX

Nichée dans une des plus belles baies de France, Morlaix était déjà connue du temps des gaulois.  Sa richesse ne cessa de croître au fil des siècles. Elle la doit surtout à son port par où transitait une quantité importante de marchandises fabriquées dans l’arrière pays. 

 Au XVIème siècle, ce sont notamment les toiles de lin, le beurre, les chevaux. Au XVIIème et XVIIIème siècles, les armateurs de Morlaix se transforment en corsaires, la ville devenant le lieu où l’on vend les prises.

Au XIXème siècle, l’installation d’une manufacture de tabac qui compta plus de 1.800 ouvriers, assura la prospérité de Morlaix.

Le centre ville conserve de nombreuses bâtisses des XVIème et XVIIème siècles, surtout autour de la place Allende. Le promeneur fera ainsi, au hasard de ses rencontres, une promenade à travers la Renaissance. Il découvrira également des constructions uniques au monde, les maisons à lanterne.

Les amoureux d’art religieux s’intéresseront à l’église Saint Mathieu et son trésor, une statue ouvrante de la vierge du XIVème siècle. 

Si vous aimez la peinture, une visite au Musée des Jacobins s’impose. Il présente une riche collection d’œuvres d’artistes du XVIème siècle à nos jours


ROSCOFF

Pendant des siècles, l'activité de Roscoff fut entièrement tournée vers le large. 

Port de commerce important sous l’ancien régime, il fut également un repaire connu de flibustiers et de brigands. Il s’est reconverti de nos jours dans des activités plus paisibles tout en conservant sa tradition maritime. 

Il sert de port d’embarquement pour les ferries à destination de l’Angleterre. Il poursuit une activité de pêche aux crustacés.

Le passé marin de Roscoff demeure bien présent. Il suffit de se promener dans les vielles ruelles, autour de l’église Notre Dame de Kroaz-Batz, pour s’en rendre compte. Elles abritent d’anciennes maisons d’armateurs à l’architecture riche et raffinée. L’attirance du large est toujours bien ancrée au cœur de cet ancien repaire de corsaire, mais sous d’autres formes.

L’aquarium par exemple. Ses 33 bassins s’intéressent, pacifiquement, aux espèces vivant dans la Manche. Souvenirs rapportés des voyages aux longs cours de ces marins, le jardin exotique renferme plusieurs milliers de plantes subtropicales venant des quatre coins de la planète. Un bonheur pour les yeux.


TREGUIER

Visiter Tréguier, c'est partir à la rencontre de l'histoire fondatrice de la Bretagne. Maisons médiévales, rues pavées, tours fortifiées,... le village vous convie à un voyage dans le temps. C'est ici que débarqua il y a plus de 1500 ans un moine gallois pour fonder un monastère. Sa renommée était telle que les habitations se pressèrent bientôt autour de celui-ci. Tréguier était née et deviendra la capitale du Trégor (une des neuf provinces historiques de Bretagne) au Moyen-Âge.




LOCRONAN

C’est une riche cité dès le XVème siècle, grâce au commerce de la toile.

La place centrale de la ville témoigne de ce passé prospère. C’est un ensemble architectural impressionnant avec, autour de l’église gothique Saint Ronan, inchangée depuis le XVème siècle, des maisons de granit et d’ardoise et au centre le puit qui, autrefois, alimentait tout le bourg en eau potable.

Elle fait partie des lieux saints de Bretagne. Chaque année le dernier dimanche d’août, non loin de Locronan, est organisé le Pardon de Sainte Anne Le Palud, qui a conservé son caractère religieux.

Et tous les six ans, à la fin de juillet, se déroule la "Grande Troménie". Cette procession attire des milliers de pèlerins. Elle suit le tracé qu’empruntait, chaque semaine Saint Ronan, sur douze kilomètres à jeun et pieds nus. Il est jalonné de douze stations. Cette procession a, elle aussi, conservé son authenticité spirituelle et symbolique.

  

LES ILES

BATZ

La douceur du climat de l'île de Batz, ainsi que ses vingt plages de sable fin devraient attirer les amateurs de repos et de détente

Une superbe vue de Roscoff d’une hauteur de 63 mètres récompensera les amoureux de beaux paysages. Mais pour cela il vous faudra gravir les 210 marches du phare construit vers 1835.

Les passionnés de botanique parcourront, avec plaisir, le jardin Georges-Delaselle et ses 1.500 espèces venues des quatre coins de la planète

Mais tous ces plaisirs se méritent. La traversée ne dure qu’un quart d’heure.




MOLENE

C’est un archipel d'îles entre Ouessant et Le Conquet, mais seule la plus grande des îles est habitée... un peu plus de 300 habitants... pas de voitures... 

Et tout va ainsi, au rythme des marées et des navettes journalières qui relient l'île au continent, des jours qui s'écoulent paisibles et tranquilles dans cet environnement protégé que vous prendrez plaisir à découvrir en parcourant le sentier balisé qui fait le tour de l'île. 

Les autres îles, Beniguet, Balanec, Litiry, Trielen... autrefois habitées par des goémoniers qui récoltaient et exploitaient les algues, sont devenues le refuge de nombreuses espèces d'oiseaux, une flore très diversifiée s'y développe, tandis que dans les courants de la mer d'Iroise qui donnent à l'eau ces couleurs si particulières allant du bleu turquoise au bleu encre, il n'est pas étonnant de voir dauphins et phoques gris s'ébattre gentiment et jouer avec les bateaux... 

Le décor ainsi planté, plage de sable blanc, récifs inquiétants et protecteurs, nature sauvage et paysages verdoyants, pas de doute, vous serez conquis!


OUESSANT

Aux avant-postes de la Bretagne, ouverte sur le large, à une vingtaine de kilomètres de la Pointe Saint Mathieu, l'île d'Ouessant apparaît comme une sentinelle... On est au bout de l'Europe ! 

La plus élevée des îles de l'archipel culmine à 60 mètres, près du phare du Stiff, pour une altitude moyenne de 12 à 20 mètres... 

Ainsi exposée, Ouessant n'est pas de tout repos... Un vieux dicton terre-neuvas fait froid dans le dos : "Qui voit Ouessant, voit son sang"... Il faut dire que l'île n'est pas ménagée par les éléments : soumise aux vents violents, le kornog, aux bourrasques glacées, le gwarlam, elle a appris à faire face à des vents dépassant parfois les 180 km/h. 

Les courants sont aussi de redoutables adversaires, notamment le Fromveur, qui désigne une branche du Gulfstream, passant entre Ouessant et Molène à plus de 16km/h, le plus rapide d'Europe. 

Et malgré tout cela, ou peut-être grâce à tout cela, Ouessant est un petit paradis... Il y fait bon vivre, le climat bien que venteux y est doux... On a surnommé Ouessant, l'Ile des femmes, car modelé par elles tandis que les hommes, nés marins, s'en allaient pour parfois ne pas revenir... 

  

LES MONTS D'ARREE

Les Monts d’Arrée sont la région la plus haute de Bretagne. Bien que les plus grands sommets n’atteignent pas des hauteurs impressionnantes, les reliefs sont bien réels et les panoramas magnifiques : monts usés par l’érosion, crêtes rocheuses, landes infinies, tourbières, forêts profondes… Peu d’endroits en Bretagne bénéficient de paysages aussi variés. On y trouve le plus vaste ensemble de landes atlantiques de France, qui couvrent plus de 10 000 hectares.

Si vous faites route entre Quimper et Morlaix, vous emprunterez la départementale en direction de . Elle vous conduit vers les sommets du massif armoricain qui culminent à 384 m d’altitude. Le paysage, proche des paysages d’Irlande, d’Ecosse ou du Pays de Galle, qui se découvre à vos yeux vous saisit alors tout à coup. La mauve bruyère et l’ajonc doré chatoient les courbes rondes et désertes de cette terre, vous transportant vers l’allégresse. L'allégresse ou parfois une inquiétude vaguement surnaturelle. Car lorsque la brume couvre la lande, elle y convie tous ses mystères.

"Le charme de ces monts brumeux est de créer l'illusion d'une immensité désertique et de laisser l'imagination déborder de ses rêves."

De nombreuses légendes courent en ce pays : on y situe les portes de l'enfer ! C'est aussi le royaume de l'Ankou, ouvrier de la mort et des korrigans, êtres fantastiques tant contés dans nos légendes...


La chapelle sur la montagne

Flanquée en haut d'une colline aride, la chapelle Saint-Michel-de-Brasparts, dédiée à l'archange saint Michel, date de 1672. La vue vaut bien l'ascension des nombreuses marches qui y mènent. Allez-y par temps clair. Vous apercevrez alors la chaîne de montagnes noires, les clochers de Saint-Pol-de-Léon et même la mer ! Aux alentours, l'enclos paroissial de Sizun et le retable baroque de Commana valent le détour.


LA FORET DE HUELGOAT est l’un des plus beaux sites naturels de Bretagne intérieure.

 Et c'est, comme toujours dans la région, une forêt de légendes parsemée d’endroits mystérieux tel "le trou du diable" supposé être l’entrée de la route qui mène à l’Enfer. Plus paisible est "le ménage de la Vierge", amas rocheux qui serait la première maison de la Vierge.

Plus spectaculaire est la "Pierre tremblante". Elle pèse 100 tonnes. Mais on peut la faire osciller légèrement par une simple pression d’un doigt à un endroit précis et mystérieux.

Mais c’est surtout un superbe lieu de promenade ou de multiples sentiers balisés vous permettent de pénétrer au cœur de cet espace vert de 1.000 hectares peuplés de chevreuils et de sangliers, bien sur…